Clichés

PortraitKyoto

Cérémonie du thé. Kyoto 2013.

+

C’est en (re)triant des photos de notre voyage au Japon en août 2013 – deux ans déjà – que j’ai eu envie d’écrire cet article. Je suis en train de me confectionner un book de photos en ligne, qui sera en partie porté sur la photo de voyages puisque c’est par et pour le voyage que je me suis mise à photographier.

J’ai donc rouvert ce dossier « Japon 2013 » sur mon ordinateur, un de ceux qui m’a laissé de chers souvenirs indélibiles et bizarrement encore assez frais dans ma mémoire ( j’y tiens beaucoup, je suis très japon en ce moment). Et là, ce que je me souvenais beaucoup moins, c’était la pléthore de clichés que nous avions pris alors pendant le séjour. Comme tout le monde, cette surabondance d’images numériques restent là planquées dans mon disque dur, et ne voient pas le jour. J’en ai posté certaines, et je suppose que c’est parce ce que j’étais noyée sous cette nuée que finalement j’en ai tiré celles qui à ce moment là, m’ont parues les plus pertinentes pour aborder notre itinéraire japonais.

+

TokyoQuartier copie

 Tokyo, août 2013.

+

Cependant à les revoir, je trouve ça extrémement dommage de ne pas en avoir mis plus à en avant. Elles ne sont pas franchement parfaites ( les heureuses sélectionnées pas tellement plus d’ailleurs ), mais certaines ont quelque chose d’intéressant à montrer. Elles rappellent, évidemment, des instants; des endroits qu’on a vus et aimés, mais aussi elles montrent une réalité telle quelle. Je retouche très peu mes photos. Un coup de lumière sur l’ensemble au besoin, un léger recadrage s’il faut mais je considère que certaines choses ne se rattrapent pas et que si la photo est ratée, bah tanpis elle est ratée ! C’est le jeu de la photo ma pauvre Lucette. On peut passer trois heures à enlever un réverbère qui nous parait gênant, tenter de réequilibrer la colorimétrie, mais si elle n’est pas bonne, ça ne la fera pas devenir un bon cliché. Au mieux, une photo pas trop mal qui peut trouver son utilité biensûr, être jolie à regarder…

Plus je prend des photos, plus mon approche photographique change. J’aime qu’elles soient franches et ne trichent pas ( trop ) avec la réalité. Je veux dire pas là, que notre oeil fait déjà ce travail de sélection dans le choix du sujet et la technique de la prise de vue. Ce qui la rend à mon sens déjà tant subjective. J’aime quand on a un regard discret sur les choses qui nous en entourent et qu’on ne cherche pas à « embellir » cette réalité. Au contraire, je cherche à fuir cette impression de la photo sans défaut – face à l’overdose de photos-bonheur que l’on trouve partout sur Instagram.

C’est bien qu’il y ait des petites imperfections, et c’est bien de réussir à reconnaître qu’une photo d’une personne qu’on a prise spontanément avec un léger flou a plus de caractère qu’une carte postale de coucher de soleil chiant à mourir … Je me vois évoluer dans le regard que je porte sur la réalité depuis mes toutes premières photos avec un appareil Canon argentique que mon chéri m’avait offert quand j’étais encore étudiante, c’est pour dire si ça remonte – c’est amusant. Je me rend compte que je continue d’évoluer sur le type de photos que je prend, sans pouvoir vous dire quel « style » elles ont, je ne suis pas capable de définir ça, et je m’en fiche. Ce qui est sûr, c’est que je ne prendrai pas du tout les mêmes prises de vue maintenant si je pouvais remonter le temps  🙂

Sans doute parce que je recherche encore des perspectives nouvelles offertes par nos deux appareils chéris, un Canon 5D et récemment un Leica M. Diamétralement opposés, mais avec des possibilités à l’infini. Je les aime d’un amour fou ( eheh un amour matériel biensûr ! ) et je compte bien continuer à faire des photos, dès que j’ai un peu de temps et même si c’est pas à l’autre bout du monde :). Et puis notre petit Victor est sûrement le sujet le plus inspirant que je n’ai jamais eu !

+

Cannon Beach ♡

Cannon1

+

Haystack Rock à Cannon Beach, un autre coup de coeur de cet été.

+

On continue notre voyage le long de la côte pacifique des Etats Unis… Voici une petite station balnéaire canon et très cool de l’Oregon : Cannon beach

 +101, scenic coastal road+

PacificBeach1

QuileuteSupermarket

PacificBeach2

+

Quelques mots sur la route entre l’Olympic park jusqu’à Cannon beach. Nous sommes partis sur la 101 presque à regret de notre lodge sur la plage de La Push, une très belle plage sauvage de l’Olympic national park. La route prend environ 4h30, et vaut absolument la peine d’être parcourue. Il s’agit d’une route costale scénique entre pins et plages sauvages avec des arrêts bien arrangés pour faire une pause photo ou juste respirer l’air iodé à plein poumon.

En pleine saison estivale, on ne peut pas dire que les touristes se bousculent au bord de l’eau. La raison principale est sans doute la température bien froide de l’océan pacifique nord, il faut être un peu foufou pour se jeter à l’eau, avoir perdu un pari ou être un surfeur avec une bonne combi. Et puis, l’Amérique est un pays immense, il y a beaucoup de stations balnéaires plus au sud qui attirent les foules.

Nous avons fait un stop à Ruby beach un peu plus au sud. C’est magnifique, il faut pouvoir se garer cependant, pour descendre jusqu’à la plage par un petit sentier.

+

RubyBeach1

+

+Lake Quinault+

A 1h30 au sud de La Push, le Lake Quinault est un grand lac plutôt planqué au milieu d’une abondante forêt, où se situe un charmant petit village avec de grosses baraques en bois. Egalement situé dans une réserve indienne, c’est un site protégé et reposant. On s’est arrêté déjeûner au Lodge du même nom, un énorme bâtiment qui donne vue sur une grande étendue verte donnant jusqu’au lac. On se croirait carrément dans Dirty Dancing, vous savez on ne laisse pas bébé dans un coin ( bon, ok ok chez les indiens… ), mais il fallait voir la vue sur l’extérieur, c’était presque ça 🙂

L’intérieur du lodge est fait tout de bois et de pierre avec cheminées et trophées de chasse. C’est chaleureux et l’option d’un dej. ( voir d’une nuit sur place ) est plutôt chouette quand on descend par la 101.

De toute façon, je vous remets le lien des hébergements de ce type dans l’Olympic National Park si ça vous intéresse, ils sont vraiment chouettes, c’est par ici.

+

LakeQuinault5

LakeQuinault7 LakeQuinault6Crédits photo : http://www.olympicnationalpark.com

C’est l’occas’ de sortir sa brochette de marshmallow.

LakeQuinault3

LakeQuinault1

LakeQuinault2

+

+Cannon Beach+

Les photos du Haystack Rock ne vous rappellent rien ? C’est dans The Goonies ( film datant de 1985 ) qu’on aperçoit cette superbe plage. Enfin bon quoi, Choco ça ne vous dit rien ?

En tout cas, il fait partie de ma filmothèque de jeunesse, et j’étais impatiente de me retrouver sur les lieux de l’histoire – je sais, c’est digne d’une enfant de 5 ans – justement j’avais cet âge quand le film est sorti. L’aventure commence dans la petite bourgade d’Astoria, ville accrochée sur les bord de la Columbia River que vous traversez via un immense pont en entrant dans l’Oregon et en laissant derrière vous celui de Washington. La panorama est très beau, dégagé et la ville vaut un petite pause qui tombe à pic après quelques heures de route. Pourquoi pas pousser jusqu’à la maison des Goonies 🙂

On arrive après 45 minutes supplémentaires de route à Cannon Beach. La ville est calme, il fait plutôt beau avec un vent frais et nous nous installons tranquillement dans notre appart-hotel. Avec juste un petit soucis; notre terrasse avec vue sur le rocher se situe juste entre une chambre avec deux doberman et une autre avec un caniche, ce qui m’a valu de ne pas profiter de la terrasse tellement j’étais flippée que les gros chiens règlent son compte au petit roquet ( = vitres fermées tout le temps – je devrais préciser que, dans un élan d’énervement, les molosses auraient pu aisément sauter de terrasse en terrasse car les séparations n’étaient pas plus hautes qu’un petit mètre de haut ). Bon, sur le principe de l’hôtel pet friendly moi je n’ai rien contre einh, mais ça aurait été plus malin de nous mettre en dehors d’un probable règlement de compte canin, surtout avec un bébé.

Sinon la formule chambre avec kitchenette et lit escamotable est top quand on a un enfant. Ca laisse davantage d’espace quand on vient s’étaler avec sa valise et toutes les affaires de son rejeton. Ça nous a aussi permis de dîner tranquillement sans sortir mais en profitant du coucher de soleil ( derrière nos vitres ahah ahah ). Le lendemain soir nous sommes quand même descendus sur la plage de nuit, armés de notre porte bébé et marchant de feux de camps en feux de camps ( à la recherche de marshmallows grillés peut être ??), mais avec le vent frais mais alors bien frais, on a fini par revenir doucement à notre appartement entre-deux-chiens.

+

cannon34

cannon33

cannonfog2cannon6

cannonFog cannon49

cannonBird1

Cannon32

Cannon8

Cannon3

cannon4cannon31+

Au premier matin, nous avons foncé sur la plage au pied du Haystack Rock car la marée permettait de s’approcher très près. C’était magnifique, la brume d’été qui stagnait depuis le lever du soleil s’est évaporée de façon sporadique mais ensuite totalement. La lumière et l’atmosphère étaient magiques. Un vent bien frais a continué de nous attaquer le visage #complimetarylifting. On avait du mal à garder les yeux ouvert avec toute cette luminosité, je crois que ça se voit sur les photos. Victor commençait à ronchonner dans sa poussette, il en avait assez d’être baladé dans le sable humide avec les roues de son carrosse qui s’enfonçaient.. Pour la première fois il a mangé du sable.

Le petit centre ville de Cannon beach est assez agréable, les maisons et commerces se ressemblent avec leurs façades en écailles de bois et leurs cocardes aux couleurs de l’Amérique tel un 4 juillet quotidien. Il faut dire qu’aux Etats Unis le patriotisme est partout…

La seule agitation de la journée est sans aucun doute les enfants ( et leurs parents ! ) qui se ruent dans les boutiques de bonbons et chocolat du petit downtown. Ou peut être tôt le matin, quand les promeneurs de chiens sortent et que les caféinomanes font la queue pour leur latte. A Cannon beach il y règne une sympathique ambiance de vacances. Je tiens à préciser que le syndicat d’initiative ne m’a pas payé pour parler comme ça. Nous avons juste beaucoup apprécié le coin, sa quiétude, sa simplicité, son joli rocher …

+

cannon44

cannon48

cannon5

cannon40

cannon45

cannon50

cannon25

cannon42

+

Ci dessus, un des nombreux magasin de bonbons avec même une fabrique de pomme d’amour au chocolat sur place ! #lieudeperdition

+
cannon29

cannon36

cannon41

Cannon15 cannon2

Cannon16

Cannon19

cannon52

cannon51

+

Magasin de cerf-volants. Il faudra revenir avec notre petit chou dans quelques années !

+
cannon23

cannon21

+

Brunch au Lazy Susan.

+
cannon22

cannon26

Cannon24

Cannon14

+

Slow

LaPush7

+

Dernièrement je vous ai dit que nous avions passé de chouettes vacances aux Etats Unis, sans avoir « fait » TOUT ce que font les touristes quand ils découvrent les lieux armés de leur guide. Avec un enfant, on n’a plus trop envie d’aller à un rythme soutenu, car c’est éreintant, ou simplement, à force de voyages ( vous vous en rendez compte dans la catégorie Carnets de voyage ), ou peut être est ce l’âge ( ahahaha ). Quand même. C’est vrai, je ne suis plus la même voyageuse aujourd’hui qu’hier.

Je ne dis pas qu’avant je découvrais des villes et des campagnes au pas de courses, mais j’avoue que j’aimais nous préparer un petit listing de tout un tas de choses intéressantes à voir avant même de partir. On ne part tous les jours au Japon ou aux Etats Unis ! Je voulais profiter d’un max. de choses, faire pleins de découvertes, m’inspirer à fond d’une culture différente, comme une boulimie de nouveautés. Comme si ça allait rendre mon voyage plus enrichissant. Et comme j’aime par dessus tout prendre des photos, à chacune de mes arrivées dans un nouvel endroit le fauve était lâché :). Jusqu’à parfois faire perdre patience à mon chéri, car il faut reconnaître que c’est plutôt pénible de suivre une personne qui ne décolle pas son oeil d’un objectif. J’exagère un peu, mais pas tant que ça.

Bref, je n’avais plus envie de faire de mes voyages des missions reportage-photo, et puis de toute façon des 3000 prises de vue de chaque vacances, la moitié part à la poubelle ( ou pire, continue d’encombrer le stockage de mon ordinateur ), le vingtième est retouché et placée dans une pochette de photos réussies, qui alimentent ensuite mon blog et/ou Instagram, une dizaine est envoyée à la famille et aux amis, et .. aucune n’est imprimée !- c’est bien connu, l’air du numérique fige la photo à l’état de fichier. Bref, j’apprends à me concentrer ma passion sur des temps plus courts, en certains lieux plutôt que de la mitraille permanente.

Et globalement, il en va de même pour ce qui est des visites et des activités « prévues ». J’ai appris à sélectionner les endroits en fonction de nos contraintes ( voyager avec un bébé ) et de nos envies. Je prévois moins de choses, mais des choses qui nous font vraiment plaisir, même si elles ne font pas absolument parties des « places to see ». Déjà, lors de notre séjour au Japon il y a 2 ans, nous n’avions visité ni le Temple d’Or de Kyoto et ni le fameux marché aux poissons de Tsukiji de Tokyo connus pour être incontournables ( certains diraient que c’est comme aller à Paris et ne pas aller voir la Tour Eiffel ). Cela ne nous a pas empêché pour autant d’apprécier hautement la culture japonaise. Et ça donne un prétexte pour y retourner tiens.

Aux Etats Unis, je me suis d’autant plus rendue compte qu’il était plus enrichissant de voyager pour vivre le moment présent et non pour prendre des photos qui veulent raconter cet instant.. qui en fait nous font parfois passer à côté. Et puis, comment ne pas être absorbée par sa petite famille pour ce premier grand voyage ensemble ? Les souvenirs de ce voyage sont fantastiques et vont bien au delà des photos. Je n’ai pas du tout envie de vous présenter un guide de la côte Pacifique, un compte rendu. D’autres le font mieux que moi. Mais j’essaie de partager ce bel itinéraire avec vous de la façon la plus sincère.

+

Hoh Rainforest

Hoh34+

Hall of Mosses, Hoh Rainforest.

Olympic national park.

+

Voilà que nous continuons notre voyage à travers la beauté sauvage et méconnue de l’Olympic park !

A deux pas de notre point de chute chez les indiens d’Amérique du Nord Ouest, la forêt protégée et monumentale de l’Olympic park est un endroit incontournable où se rendre quand on est de visite dans la région. Nous avons passé une très chouette journée à découvrir un extrait de nature exceptionnel en remontant les trails de la Hoh Rainforest. S’il y a bien des balades à privilégier là-bas, ce sont bien celles-ci : le Spruce Trail et le Hall of Mosses, qui se complètent.

Les chemins sont faciles et sont ouverts à tous. Avec la poussette de Victor, on a pu se déplacer facilement sur les chemins, même le second est plus tortueux et boueux que le premier. ( Monsieur a porté à certains endroits..) Mais pas de grande difficulté en général. C’est très bien balisé, on ne risque pas de se perdre ( on est aux us ne l’oublions pas ). Le mieux est de faire comme nous, d’aller au Visitor’s center et de voir selon les conseils d’un ranger. Ils ne vont lanceront pas sur une piste casse gueule.

Il y a aussi un trail plus long de 6 ou 7 km- dont je ne me souviens plus du nom – où là ça commence à ne plus blaguer, il faut partir avec votre baluchon de barres de céréales, vos gourdes et vos chaussures de marche. Si on avait été moins en mode vacanciers à la cool, on aurait pu s’y aventurer avec le porte bébé. Pour la prochaine fois 🙂

+

Hoh1Le Hard Rain café qui porte bien son nom. C’est le dernier endroit où vous pourrez trouver à manger avant d’arriver dans la forêt. Ils proposent entre autre des burgers de saumon et de très bons fish&chips. Autour on y trouve des petites cabins en bois un peu étranges .#serialkiller

+Spruce Trail+

Ce sentier est plus sec que l’autre, il longe en partie la Hoh River et offre une très jolie vue dégagée sur les montagnes. On l’a fait en premier, à contre sens pour éviter un peu les gens. C’était pas extrêmement fréquenté, mais c’est toujours agréable. La canopée est si haute qu’on ne l’aperçoit parfois même pas. On y trouve les espèces suivantes : Sitka Spruce ( épicéa de Sitka ), western hemlocks, Coast Douglas-fir, ( conifères du Pacifique Nord ), western redcedar ( cèdres rouges du Pacifique ), maples ( érables ),  cottonwood … ( peupliers d’Amérique ).

Certaines espèces atteignent presque 100 mètres de haut ! Edward Cullen descend de ces arbres 🙂 En tout cas c’est magnifique !

Hoh13

Hoh17

Hoh11

Hoh12

Hoh8

Et au milieu coule une rivière.

Hoh6

Hoh10

Hoh16

Hoh24

Hoh5

+

+Hall of Mosses+

Là on entre dans un environnent presque surnaturel. Le second trail est assez différent du premier, une histoire d’ancienneté de rives et de niveaux d’eau. Hall of Mosses a été naturellement préservé tel quel, on peut donc observer une des rares forêts pluviales intactes, comme il y en reste si peu sur notre belle planète. C’est très beau, à la fois gracieux et inquiétant. Un endroit extraordinaire qui fait penser à un conte de fée, et son contraire :).

Je craignais un peu la chasse aux moustiques mais bizarrement non, malgré le taux d’humidité. On peut alors profiter de se rouler par terre sur la mousse pleinement de cet endroit sans être en alerte piqûre.

Pour les grands fans de nature et de grands arbres ( encore plus que moi ! ), il est possible de camper directement à l’entrée du parc, où ont été aménagés des emplacements prévus à cet effet. Depuis Fork, comptez 45 minutes de route.

+

Hoh28

Hoh7

Ouhh.. il parait que le coin n’est pas très sûr. J’me planque.Hoh35

Hoh30

Hoh36

Taille de fourmiHoh32

Même pas peur 🙂

Hoh20

Hoh29

Hoh14

Hoh33

Hoh22

Hoh31

Hoh37

Hoh26+

Precious

Precious1

+

Vases délicats de Tamara Barrage, Second Skin.

+

Au dernier moment dans mon planning de maman, j’ai fait une pause en m’échappant au salon Maison&Objet à Paris il y a environ une semaine. C’était pas trop prévu, et comme ça fait longtemps que je n’y ai pas mis les pieds, j’ai eu l’impression de voir pleins de nouveautés !

Pour ses 20 ans ( déjà ! ), le salon a présenté une sélection d’oeuvres plastiques réunies et mises en scène par Elizabeth Leriche à la tête de sa propre agence de style, sur le thème du précieux. Autrement dit, l’installation pose la question du luxe, celui qui « revendique la rareté et la précision, l’inattendu, une part de mystère et d’étrangeté, une forme de quête ultime comme de nécessité contemporaine« . Tout est très justement exprimé dans le texte de présentation ( rédigé par Francois Delclaux ), que j’ai lu après m’être faufilée dans l’antre le parcours de l’exposition. Le sujet en lui-même m’avait déjà convaincue.

Donc pas la peine de vous dire que j’ai aimé, je me suis laissé baladée de trésors en merveilles.

J’ai fait beaucoup de photos, et je me suis pas mal attardée ici même et du coup j’ai raté en partie la conférence sur le thème 🙂

+

Precious2

Precious21

Precious29

Precious15

Precious14

Precious17

Precious11

+

Les oeuvres s’exprimaient à travers de supports variés, visuel biensûr, sonore, olfactif, ce qui rythmait bien le parcours. Et puis, il y avait aussi cet artisan japonais Shoji Tsukamoto – un artiste, peut on carrément l’appeler comme ça – qui travaillait à réparer des céramiques brisées grâce à une laque saupoudrée de poudre d’or.. On arrive alors dans une dimension poétique et immatérielle. L’art du Kintsugi, bien que j’ai voyagé au Japon, m’était complètement inconnu. J’ai trouvé ses réalisations superbes, à l’image de toute discipline japonaise, élégante, raffinée et si spirituelle !

+

KintsugiDavidPike Precious16 Precious4

+

Kintsugi. Rareté de l’instant, du geste et valeur de la pièce unique.

+

La plupart des oeuvres m’ont emballée. La beauté et la monumentalité des pièces en or de Olga de Amaral, l’installation olfactive de Barnabé Fillion qui nous transporte avec l’odeur de la lune Sea of tranquillité ( c’est beau naaan ? ), la cabinet de beauté réunissant les Second Skins de Tamara Barrage …et puis les incroyables bulles de savon immortalisées de David Lehmann.

On peut donc s’attendre à un retour des métaux chics dans le domaine de la déco, la maison, les accessoires, l’habillement.. Ca veut dire qu’il est temps de ressortir sa minaudière à paillettes ?! Mais ce serait intéressant de se demander pourquoi. Il s’agit d’un thème très actuel. Dans le dossier de presse de M&O on trouve de précieuses informations sur le sujet.

Bien qu’il fasse écho au baroque et à l’ornement, de l’excès, le « thème Precious est venu comme une métaphore du rare et de l’unique » selon F.Bernard ( Croisements ). Cette forme du luxe n’est pas uniquement celle dictée par notre société de consommation, du cher-matériel. Où la trouve-t-on actuellement, et où la trouvera-t-on demain ?

E.Leriche évoque les matières brutes de notre environnement avec lesquelles on évolue tous les jours. Un peu à l’image des vanités dans les peintures hollandaises du XVII ème siècle, Precious nous renvoie à notre condition de mortel, à notre vulnérabilité par rapport à ce temps qui passe. Mais aussi beaucoup par rapport à notre dépendance vis à vis de certaines matières premières, qui sont mises en danger ou qui s’amenuisent progressivement.. a-t-on besoin de se le rappeler ? Ouhhh.. c’est pas très rassurant tout ça :).

Voilà, pour ceux qui n’ont pas pu se déplacer, vous pouvez profiter de la poésie, de la légèreté, délicatesse de Precious ( attention les yeux trop d’or peut attaquer la rétine ah ah ah …)

+

Precious24

Precious20

Precious5

Precious27

Precious12

Precious18

Precious3

Preicous31Precious6 Precious30

Precious23

Precious10

Precious26Precious8Precious31

+

Le Cahier d’inspiration de Maison&Objets de septembre 2015.

+

Légende des photos :

1/Vases Second Skins de Tamara Barrage – 2/Estelas ( 6 unidades ) de Olga de Amaral – 3/ Yours and Ours de Formafantasma – 4/Entrée de la bibliothèque éphémère – 5/ Yours and Ours de Formafantasma – 6/Fragmented Crac, The Lost Fragment, Lotus Shell de Based Upon // Crystal Clear, Reflective Crystal Phantom, Astro Stone gold, Reflective cristal space de Maxime Ansiau // Shelve 4 de Anne Holtrop – 7/ Ephémère de David Lehmann – 8/ Maxime Ansiau – 9/Kintsugi par David Pike -10/ Kintsugi : Shoji Tsukamoto à l’oeuvre – 11/ Oeuvre de Shoji Tsukamoto ( Galerie Mizenfineart ) – 12/Vases Second Skins de Tamara Barrage – 13/Divine Tools de Olivia Lee – 14/Estelas de Olga de Amaral – 15/La pomme dorée de la bibliothèque éphémère – 16/Fragmented Crac de Based Upon – 17/Sensorial Brushes de Najla el Zein – 18/A Wander de Lionel Esteve – 19/Bees de Vanessa Mitrani – 20/L’Infini de Nathanael Le Berre – 21/Bees de Vanessa Mitrani – 22/Second Skins de Tamara Barrage – 23/Estelas de Olga de Amaral – 24/Second Skins de Tamara Barrage – 25/Inverted Space de BCXSY&Calico Wallpaper Partners //Collection Golden Age de Haam by Yunjin Kim & Jungmo Kwon //Light Happy Together de Michael Anastassiades – 26/Le Cahier d’Inspiration M&O sept.2015.

+

Olympic plage

FirstBeach1

+

First beach, Olympic national park. Réserve Quileute.

+

De tous les superbes endroits visités cet été sur la Pacific west coast, l’un des plus beau est sans aucun doute l’Olympic national park, un parc naturel protégé offrant à la fois mer, montagne et forêt à environ 3h30 de route de Seattle.

L’idée était de quitter la ville quelques jours après notre arrivée pour cette région sauvage et vraiment unique, pour déconnecter avec le monde :). Ce fut chose faite, et toute famille est unanime; sans doute un des endroits que nous avons préférés pendant ce voyage !

Le quatrième matin nous avons donc embarqué sur le ferry qui part de Seattle ( quasiment au pied de la grande roue ) et qui relie Brainsburry, pour une vingtaine de minutes de traversée. C’est le moyen le plus court pour se rendre sur le côté nord de la péninsule, sinon il faut contourner tous les bras de mer de Seattle c’est interminable.

 +

+Lake Crescent+

Depuis la route scénique de l’Olympic qui longe la mer du Pacifique nord, il y a des des endroits sublimes qui appellent à la pause photo ! Le trafic étant calme, et à part quelques trucks remplis de gros troncs sur la route, on est à peu près tranquilles pour s’arrêter sur les espaces aménagés à cet effet, qui offrent toujours un beau point de vue. Ici le Lake Crescent.

LakeCrescent3

LakeCrescent7

LakeCrescent1

LakeCrescent4LakeCrescent2

LakeCrescent5

LakeCrescent6+

Le Lake Crescent est le point de départ de nombreuses randonnées  – je vous mets là le lien de la WTA Washington Trails Association vous verrez TOUS les chemins de randonnées de l’état, c’est hyper bien fait c’est classé en fonction de l’intérêt, du niveau recherché, des distances, du type de relief/paysages .. Y’a de quoi faire !

On peut s’y baigner en été ( pas si froide que ça ! ) et faire du canoë comme on a pu le voir. Ca et là au ras de l’eau on aperçoit des cabin ( petits maisons de bois, pas tout à fait des cabanes mais presque !) accrochées sur la rive avec leur petite jetée privée en bois pour l’amarrage des bateaux/hydravions. Ca fait forcément penser au Canada, qui est juste en face, c’est le même environnement. Je rêve à présent d’avoir une maison de vacances là bas 🙂

Ses incroyables reflets émeraudes sont dûs aux sédiments de la montagne qui descendent dans le lit des rivières quand vient la période de la fonte des glaces.

+

HurricaneRidge

+

Crédit photo : Miguel Vieira, Remembered earth.

Hurricane Ridge est aussi une très belle route qui grimpe sur les montagnes et permet de voir une vue fantastique. Nous n’y sommes pas passé, ce sera pour une prochaine fois.

La région est volcanique, ce qui donne de magnifiques plages de sable noir que nous avons trouvées une fois arrivés à notre lodge; le Quileute Oceanside Resort.

LaPush26

LaPush15

+La Push, Quileute indian reservation+

Ce lodge appartient à la réserve indienne Quileute et se situe à même la très belle plage de La Push, ou First beach. Sable noir, énormes troncs échoués, ilôts aux reliefs accidentés, on ne nous a pas menti sur le caractère unique et sauvage de l’endroit. On a croisé assez peu de touristes séjournant dans le seul hôtel de la réserve, notre lodge. Pour un mois d’août, on ne peut pas dire que c’était la bousculade.

J’ai fait une tonne de photos et avec ce paysage je les trouve toutes belles même les mal cadrées :).

+

LaPush14

LaPush28

LaPush5

LaPush23

LaPush4b

+

L’accueil au lodge a été très sympa, les cabin sont propres et spacieuses ( très bien avec un enfant !), et celle que nous avions choisie une deluxe donnait directement sur la plage, avec une vue sur mer magnifique depuis le salon. Parce que c’est un peu con de faire tout ce trajet pour ne pas en profiter pleinement…

La réserve est complètement ouverte aux gens de l’extérieur; le petit port de pêche; le village qui est d’une tranquillité absolue, la supérette, le seul restaurant du coin The River’s Edge ( le lodge ne propose pas de restauration il faut donc tout emporter pour le séjour ou aller dans ce restau – qui sert du petit dej au diner sans interruption ). C’est sans aucun doute l’endroit où on a le mieux mangé ( saumon, fruits de mer ) en payant le moins cher, le tout avec une jolie vue sur James Island.

Le gros atouts des environs sont les magnifiques plages vous l’aurez compris. First beach, mais aussi Second et Third beaches qui ont leur propre chemin de randonnée. Les sentiers sont plus longs et escarpés donc on a préféré rester tranquillou sur la plage du lodge.

+

LaPush29

LaPush12

LaPush7

LaPush1 LaPush2

LaPush9

LaPush6

LaPush10

LaPsuh31

Suivez le guide…

Du soleil et et de l’air frais dans les cheveux .. what else ?

LaPush25

LaPush30

+

Vous reconnaitrez peut être ces paysages qui apparaissent dans une saga… en effet c’est bien dans ce coin là qu’a été tourné Twilight. Forks est à quelques miles de La Push, et on y voit encore quelques stigmates laissés le film. Enfin en pénétrant dans la réserve, on nous rassure  » No vampire behind this point..« 

Tranquilité absolue, paysages sauvages, c’est ce qu’on est venu chercher. Je crois que mes photos laissent apparaitre cette sérénité.

En mode excursion le lendemain avec notre petit Victor à la Hoh Rainforest ! Des photos prochainement !

+

LaPush24

LaPush16

LaPush21

C’est pas le plus beau camping du monde ça ?

LaPush27

LaPush19

LaPush20

LaPush18

Rivers1 Rivers4Rivers3

Rivers2

LaPush32

+

Starbucks city

Roastery1

+

Starbucks Reserve Roastery à Seattle.

Alors voilà, dans le premier billet je ai vous largement parlé de poissons frais, de poissons volants etc.. C’est vrai que Seattle est une ville des états-unis où il est possible de manger autre chose que des burgers ( même s’il y en a de très bons ) et se faire péter la panse de bonnes choses – MAIS si vous passez à côté des cafés moulus et pressés sur place ( attention je ne parle pas du pipi de chat ), eh bien c’est que vous n’y voyez pas très clair ou tout bonnement, que ce n’est pas votre tasse de thé ( ahahah non mais quel humour ) !

+

Roastery10

Roastery4

Roastery8

RoasteryPresse

 +Seattle.. c’est le café ! +

Tout caféïnomane qui se respecte sait que c’est là où l’empire Starbucks est né. Justement dans l’une des rues commerçantes extérieures du marché. Il suffit de voir la queue qui ne diminue pas de la journée à la porte de la mecque du tout premier de la chaîne. Si vous n’avez pas le courage d’attendre ce n’est pas bien grave puisqu’il y en a au moins un dans un périmètre de deux cents mètres quelque soit l’endroit où vous allez.

On lui a préféré la Roastery & testing room, qui se situe dans le quartier un peu trendy de Capitol Hill. On y sert toutes sortes de crus de café produits sur place, avec pâtisseries mais aussi du salé ( chez Starbucks on pense au client toute la journée ..). C’est une petite fabrique reluisante de cuivre et stylée, une très jolie vitrine que s’offre la marque. Ca nous donne bien envie de rester, confortablement blotti dans un fauteuil des 50’s propre à son état d’esprit.

On vous accueille à l’entrée et on vous offre une petite tasse de café en vous remettant une brochure graphique pour vous balader librement dans la fabrique et remonter le parcours de fabrication d’un café ce qui est plutôt bien fait et intéressant. Même quand vous allez aux toilettes, c’est bien pensé on vous offre un des plus beaux points de vue sur l’usine, la réserve des sacs de grains, c’est plutôt impressionnant. L’intérieur est plutôt luxueux, avec son cuivre omniprésent, ses fauteuils et autres meubles en bois dans le style des 50’s, ses liseuses diffusantes qui donnent une touche cool, et enfin, pleins de « crus » à déguster moulus directement sur place. C’est clair, on vous en met plein la vue.

Enfin moi j’admire le marketing de la marque, même si les produits sont plutôt chers. C’est hyper bien fichu, l’expérience est agréable, donc je recommande de s’y rendre de plus il n’y en a pas d’autres donc si vous êtes de passage à Seattle c’est dommage de passer à côté.

Roastery11

Roastery7

Roastery6

Roastery5

Roastery9

Roastery3

Roastery12

Roastery2

De toute façon, même si vous n’êtes pas fan de Starbucks, il y a pleins d’autres cafés de qualité à Seattle. Nous avons goûté celui de Fonté Coffee en prenant un cold brew, soit un café glacé car il faisait vraiment une chaleur de chameau en ce début août.

Starbuck Roastery & testing room

1124 Pike street

*

Fonté Café

1321 First Avenue

+ Capitol Hill +

Comme je le disais au dessus, Capitol Hill est l’un quartier assez branché de la ville « à quelques blocks » du marché en remontant ( ça monte dur dur, un peu comme San Francisco, on laisse donc ses talons au placard ), avec de jolies échoppes comme des coiffeurs ou barbiers ( Rudy’s barbershop ), des boutiques de fringues un peu pointues, des bistrots bobos qui servent des produits frais, des vélos, des hipsters clairement, des gens cool. Un quartier assez mélangé, mais tranquille, plutôt loin de l’agitation du marché et des SDF.

On est allés se perdre un matin, c’était chouette, plutôt calme. Ce qui compte quand on voyage avec un bébé, dans l’espoir qu’il s’endorme en balade dans sa poussette …

Nous avons déjeuner chez Sitka and Spruce, c’est exactement le genre de cuisine que j’adore. Le restaurant se trouve au fond d’un petit marché de quartier qui abrite trois quatre stands mignons, il faut donc aller jusqu’au fond pour trouver ce restaurant à cuisine ouverte donnant sur la minuscule salle. On peut presque s’attabler avec les cuisiniers. C’est une de mes adresses coup de coeur des vacances, on y mange local, on y mange simple, frais et oohh ! des légumes ! Absolument délicieux !

Je fais un petit lien ici avec DelicatesseNY qui met l’eau à la bouche avec ses photos, et résume bien tout ça ici.

+

Capitol5

Capitol7

Capitol12

Capitol2

Capitol1

Glasswing, jouxtant le Melrose market.

Capitol11

Capitol9

Capitol10

Capitol6

Capitol14

Capitol3

Capitol4

CapitolHill4

Totokaelo concept store.

CapitolHill2

Capitol13

CapitolHill1

+

Quelques adresses à voir, et où déjeuner sur place 

Sitka and Spruce ( restaurant )

1531 Melrose avenue ( Melrose Market )

+

Glasswing ( concept store homme, femme, plantes.. )

Taylor shellfish Oyster bar ( restaurant, pour une envie subite d’huitres )

Totokaelo ( concept store, homme femme, céramiques )

Kurts Farm ( Ice cream )

Elliot Bay Books ( Bookstore )

Oddfellows ( bistrot à bobos dans un chouette cadre )

+

Dowtown1

Downtown2

La bibliothèque centrale de Seattle, un bel ovni dans la ville.

Construite par Rem Koolhass en 1999.

+

Si voir compter vous y rendre, pour plus d’infos, voici quelques liens de blogs intéressants qui vous donneront un autre point de vue ainsi que des adresses sur Seattle :

34 choses à faire à Seattle

https://milesandlove.com/etats-unis/visiter-seattle-que-faire-a-seattle-quartier-par-quartier

Une escapade à Seattle

Seattle, 1.

SeattlemarketSign2

+

Neon sign de Lowell’s au Pike Place Market de Seattle.

+

SeattleMarketSign1

+

Notre voyage sur la côte ouest des Etats-unis commence ici, à Seattle. Nous y sommes restés 4 jours, le temps de se remettre du décalage horaire avec notre petit Victor. On a passé des journées de visite assez calmes, on n’a pas voulu courir aux quatres coins de la ville pour dire d’avoir fait tel ou tel endroit. Quand on voyage en famille, surtout avec un bébé, on prend forcément plus de temps pour se préparer, pour se déplacer.. on a préféré sélectionner les visites pour mieux apprécier la ville, son atmosphère sympathique et particulière au nord des us et du bord de mer.

+ Pike Place Market +

Quand je pense à Seattle, je pense automatiquement à ce bon vieux Sleepless in Seattle, surtout pour le marché de la ville qui est un des endroits les plus connus et les plus visités de Seattle. A tel point, que des petits malins de poissonniers ont crée une attraction aussi farfelue qu’amusante, le lancer de poisson en live. Il faut quand même acheter un sacré gros poisson, c’est pas gratos mais ca fait la blague. Jugez plutôt ici.

En dehors des poissons qui volent, le Pike Place Market de Seattle reste un endroit vraiment sympathique à visiter, et qui a gardé un côté authentique, j’entend par là juste ce qu’il faut de vieux et de fréquenté par les locaux. Il faut impérativement y aller tôt le matin pour éviter la foule si vous comptez faire tranquillement des photos. Ce n’était pas notre cas, quasi impossible de faire une photo sans que quelqu’un déboule devant en premier plan, mais bon que voulez vous c’est un marché donc il y a une animation permanente. Nous avons déjeûner chez Lowell’s, une institution qui sert des clam’s chowder délicieuses ( soupes de palourdes crémeuses ) et du saumon sauvage pêché dans la région. L’endroit est prisé, si on peut profiter de la vue sur le Puget Sound, mieux vaut y venir tôt.

En dessert, nous avons goûté aux yaourts grecs de Elleno’s, ils sont délicieux et ça change des glaces.

Pour déjeuner, le Pike Place Market est top car il y a pleins de stands en tout genre, chacun y trouvera son bonheur.

+

Seattlemarket4

Seattlemarket5

Seattlemarket1

Seattlemarket6

SeattleLowells2 SeattleLowells

At Lowell’s.

On a un peu triché pour avoir une table près des baies vitrées..

+

+ Waterfront +

Le marché donne sur l’accès au Waterfront, la zone des quais pour piétons avec sa grande roue, ses piers, et ses restaurants tout du long. Ancienne zone portuaire de Seattle, elle a conservé un côté industriel souligné par le viaduc autoroutier Alaskan Way – bien bruyant malheureusement – qui longe le Puget Sound.

Un chouette endroit pour dîner si vous avez raté la clam’s chowder au marché, Ivar’s. C’est pas donné, mais une table sur la jetée privée face à la mer et au coucher de soleil en se gavant de palourdes fraîches c’est quand même pas rien.

Seattle étant une ville d’eau, ça peut être chouette de faire une petite croisière en bateau ( Argosy.com ). On était assez tenté mais comme on a pris le ferry en partant, on a profité à ce moment là de la jolie vue de la ville depuis la mer.

+

SeattlePikePlaceMarket

SeattlePanorama1

SeattleWheel

SeattleAlaskanWay

SeattleWaterfront1

SeattleWaterfront2

SaettleIvars

SeattleWaterfront3

+

Avant de voyager je suis tombée sur le projet de réhabilitation complet du Waterfront qui devrait voir le jour prochainement, et qui va entre autre connecter les quais à la zone du marché, moderniser, végétaliser le tout. Mais cela va au-delà de la simple promenade plantée, je vous laisse découvrir ça très bien expliqué sur le site dédié. je trouve le projet très chouette et je retournerai là bas rien que pour le voir en vrai ! ( bon pas seulement pour ça quand même ). Ca risque d’entraîner pas mal de changement au niveau du quartier, mais une valeur ajoutée énorme pour un des lieux les plus fréquenté de la ville.

+

SeattleWaterfrontProject

Image de synthèse: James Corner Fields operations et ville de Seattle.

+

Seattleview1

 + Une très belle vue de Seattle +

Vu le relief de Seattle, entre mer et montagne, c’est carrément obligatoire d’aller au moins à l’un de ces points de vue pour observer la ville ! Nous ne sommes pas monté en haut de Space Needle, la tour iconique de Seattle mais plutôt au 73 ème étage de la Sky View Observatory  du Columbia Center. Pas de file d’attente, et un total de 15$ par personne quand même ( 18$ pour Space Needle ) et des émotions garanties après un ascenseur bloqué en compagnie de canadiens 🙂

+

SeattleView1 - copie

SEattleView2

SeattleView4

SeattleColumbiaTower

La Columbia Tower.

+

L’avantage est qu’on a une vue à 360º dont Space Needle et les montagnes environnantes, la mer, les stades sportifs… du plus haut building de Seattle. Et quelle vue ! On a cherché le building de Grey, mais pas trouvé 🙂

Se rendre au Kerry Parc est aussi une autre option pour prendre du recul sur la ville et faire, parait-il de très belles photos avec le Mont Rainier en fond. Malheureusement, on n’a pas eu le temps d’y aller 😦

+

SeattlePioneer2

+

+ Pioneer Square +

Notre hôtel se situait dans ce quartier à deux pas des rues historiques de la ville. C’est anciennement le Downtown, le premier quartier construit par les pionniers. C’est très sympa d’aller s’y promener, il y a cette atmosphère différente grâce au charme des vieux bâtiments qui rappellent le passé. Après je n’y recommanderai pas d’y aller le soir, il y a pas mal de homeless. Avec notre bébé, on aurai préféré loger dans un quartier un peu plus animé quand on y était – week end. Voici quelques photos de l’endroit pour se faire une idée.

+

SeattlePioneer1

SeattlePioneer4

SeattlePioneer5

SeattlePioneer7

SeattlePioneer3

SeattleOldbuilding2

SeattleOldbuilding1

SeattlePioneer8

Vue depuis la chambre de notre hôtel le Artic Club.

SeattleArticClub3

SeattleArticClub1

SeattleArticClub2

Victor, pas encore remis du jetlag.

+

Chez Victor

VictorsRoom1

+

Aujourd’hui je vous invite avec un petit tour en photos dans le petit nid douillet de Victor !

J’ai tellement pris mon temps que vous ne verrez pas le mini berceau puisque Victor a déjà neuf mois et demi et qu’il ne rentre plus dedans ^^. On est donc passé à la taille au dessus, le berceau tout court, qui reste très mignon tout de même car c’est la version évolutive du premier.

Assez fidèle aux belles images d’ambiance que j’ai trouvées et épinglées sur mon Pinterest, elle reste dans des tons de gris, blanc et bois souhaités depuis le début. Je voulais pour lui une pièce douillette, sereine, pas trop meublée. Au fil du temps, pas mal de peluches et d’objets se sont accumulés, – Victor a été très gâté – mais finalement une pièce un peu trop vide ou trop rangée ça ne fait pas vraiment chambre d’enfant.

Elle n’a pas été compliquée à réaliser mais certaines choses ont été moins faciles que d’autres à trouver. Par exemple, la branche du dressing mural a été difficile à trouver quand on habite en centre ville. Par contre, la réalisation n’a pas été compliqué – à condition d’avoir un mari/ami/voisin bricoleur.

Je voulais y mettre un certain nombre d’éléments déco, de meubles, et tant pis si cela a pris du temps; y’avait pas urgence. Je suis pas du genre à me speeder pour que tout soit prêt dans les moindres détails. Quand on est rentrés de la maternité, il y avait largement le nécessaire, un peu déco et le reste s’est fait petit à petit. Ca ne m’a pas dérangée car je me voulais pas une chambre trop « bébé » mais une qui puisse rester telle quelle au moins les 2 premières années. J’aime beaucoup la déco, mais j’aime pas non plus en changer tous les quatre matins.

Ce que je tenais beaucoup à voir dans cette chambre, ce sont les trophées mixés au mur, l’ours polaire en peluche, et celle du lapin en feutre. Une troisième est prévue, mais je compte la faire moi-même et donc ça prend une éternité. J’avais envie d’y voir un petit bestiaire. La peau de mouton noire et blanche au sol y contribue. Elle est hyper douce, il adore jouer dessus ( et arracher les poils…).

Des tonnes de peluches, un mini-berceau déjà reconverti en coffre à jouets, une petite bibliothèque qui ne se fait que s’allonger, des figurines d’animaux ça et là ( je trouve que ce sont de jolis jouets alors j’en ai acheté avant l’heure ), des doudous et coussins en tout genre que j’ai réalisés récemment moi-même ( je vous en reparlerai bientôt ), bref, il y a bien tout ce qu’il faut pour une chambre d’enfant ! Elle évoluera ensuite tout doucement avec lui .. mais bizarrement, je ne suis pas ( trop ) pressée de le voir grandir 🙂

 +

VictorsRoom2

VictorsRoom3

Victorsroon4

VictorsRoom5

VictorsRoom6

VICTORROOMMONTAGE2

VictorRoom7

VictorRoom10

VictorRoomMontage

+

Voici quelques références d’objets ou meubles pour ceux qui souhaitent :

Berceau et table à langer Stokke en bois foncé, ciel de lit taupe

Fauteuil Grant Featherston en feutre gris ( reédition Voga )

Commode en bois style 50’s, peau de bête blanche et noire, paniers en feutre gris, étagères et cubes blancs, patère-bouton gris, trouvés sur Westwing.

Tête d’ours polaire Bibib&Co

Trophée tête de lapin sur Etsy Fauxfauna

Dressing mural fabrication maison

Illustrations encadrées au dessus du dressing Papier Tigre

Lettres VICTOR en carton blanc Casa

Figurines animaux Papo

Peluche lit chat bleu tricot Blabla 

Peluche lit Gingerbread man tricot Pebble

Hochet daim tricot Sebra

Ours en peluche sur étagère Histoire d’Ours

Coussin sur fauteuil Zara

Peluche sur cube blanc Renard Maileg

Peluche pachat Moulin Roty

Guirlande tissu gris étoiles fabrication personnelle

Coussin nuage imprimé dalmatien fabrication personnelle

Cactus en tissu fabrication personnelle

+